Économie circulaire

L’économie mondiale construite sur le modèle linéaire du « prendre, fabriquer et jeter » est désormais menacée par l'épuisement des ressources naturelles face à la croissance de la demande, par le réchauffement climatique, par la surdépendance aux énergies fossiles et nucléaires (flambée des prix du pétrole et dangers du nucléaire) et par la toxicité des matériaux.

CircularEconomy_image1a.jpg


Dans les économies émergentes d'Asie, d'Amérique latine, d'Afrique et du Moyen-Orient, trois milliards de personnes devraient sortir de la pauvreté dans les prochaines décennies, ce qui engendrera une croissance continue de la demande en biens de consommation de la part des nouvelles classes moyennes.

Mais notre planète ne pourra supporter l'activité économique et l'exploitation des ressources induites par cette évolution qu'avec la création d'un nouveau modèle économique plus respectueux de l'environnement, dans lequel les matières premières sont gérées de manière plus responsable. 
 
L'économie circulaire offre un moyen de favoriser la croissance économique tout en aidant à faire face aux crises environnementales.
 Un grand changement se profile et nous concerne tous : le passage de l'ancien modèle du « prendre, fabriquer et jeter » à l'économie circulaire, qui utilise beaucoup moins de matières premières et d'énergie. La réalité est incontournable : nous ne pourrons pas maintenir notre croissance économique dans les décennies à venir si nous ne passons pas à un autre système et que nous n'apprenons pas à concevoir des biens de consommation pouvant être démontés et recyclés en toute sécurité. L'économie circulaire nous aidera à affronter quatre grandes crises mondiales:

1. Crise climatique

L'objectif final de l'économie circulaire n'est pas seulement de passer à des énergies renouvelables et de réduire ainsi les émissions de carbone mais aussi de recycler et de réutiliser les matériaux, pour que l'industrie utilise beaucoup moins d'énergie que dans le système linéaire actuel.

2. Crise de la toxicité des matériaux

Nous respirons constamment des produits chimiques provenant des biens manufacturés. Nous n'y pensons pas vraiment mais comme nous passons 90 % de notre temps à l'intérieur, il s'agit d'un problème majeur. Les matières plastiques, les peintures, les textiles, etc. libèrent des gaz qui comprennent des toxines et des particules de poussière, provoquant de l'asthme et d'autres maladies. Le monde s'urbanise et nous devons faire en sorte que les matériaux utilisés dans les bâtiments respectent la santé humaine et l'environnement. L'approche  "cradle to cradle" définie par William McDonough et adoptée par Desso, fournit un cadre pour des produits sûrs et conçus en vue d'un recyclage et d'une réutilisation.

3. Crise de la raréfaction des matières premières

Les matières premières présentes dans le sol - cuivre, phosphates, zinc, pétrole et autres - ne suffiront pas pour poursuivre les taux de croissance économique du siècle dernier. Actuellement, environ 80 % des déchets provenant des biens de consommation (emballages, vêtements, chaussures) finissent dans les incinérateurs, les décharges et les eaux usées. Selon un rapport  de la fondation Ellen MacArthur, les modèles commerciaux liés au recyclage et à la réutilisation des biens de consommation pourraient permettre d'économiser 700 milliards de dollars US sur une base annuelle.

4. Crise énergétique

Notre dépendance aux combustibles fossiles n'est pas seulement insoutenable à long terme mais nous rend également vulnérable aux chocs économiques actuels. Comme le dit l'économiste américain Jeremy Rifkin, « lorsque les prix des combustibles augmentent, tous les autres prix de la chaîne d'approvisionnement grimpent en flèche, parce que les combustibles fossiles sont utilisés pour la fabrication de tous les produits : engrais, pesticides, produits pharmaceutiques, matériaux de construction, fibres synthétiques, secteur énergétique, transport, chauffage et éclairage ». Rifkin montre la nécessité d'un système énergétique plus stable, basé sur une nouvelle technologie et fournissant de l'énergie renouvelable aux maisons d'habitation, aux immeubles de bureaux et aux usines. L'économie circulaire met l'accent à long terme sur l'utilisation de sources d'énergies renouvelables. Ce modèle, qui consomme moins d'énergie, pourrait permettre d'atteindre cet objectif. 


Desso, avec son modèle économique circulaire bâti autour de la philosophie Cradle to Cradle®, est bien placé pour tirer parti de cette innovation industrielle.
 
Selon lerapport, 'Towards the Circular Economy: Economic and business rationale for an accelerated transition' (Volume 1) présenté en janvier 2012 par Dame Ellen MacArthur, créatrice de la fondation qui porte son nom, l'économie circulaire « remplace le concept de « fin de vie » par celui de restauration, s'oriente vers l'utilisation d'énergies renouvelables, élimine l'utilisation de produits chimiques toxiques impossibles à réutiliser, et vise à éliminer les déchets grâce à une conception exigeante des matériaux, des produits, des systèmes et, dans ce cadre, des modèles économiques. »
 
 
D'après ce rapport, les entreprises de l'UE pourraient économiser chaque année 630 milliards de dollars US, soit 464 milliards d'euros (près de 4 % du PIB annuel), en passant à l'économie circulaire.
 
 
Le deuxième volet du rapport,
 'Towards the Circular Economy' (Volume 2) édité en 2013 par les mêmes auteurs, indique que les opportunités économiques mondiales dans l'industrie des biens de consommation se montent à 700 milliards de dollars US (soit 516 milliards d'euros).
 
Plus récemment, la publication, 'Towards the circular economy: Accelerating the scale-up across global supply chains' (Volume 3) a été lancée au sommet annuel du Forum économique mondial de Davos. D'après le rapport, l'économie circulaire est capable de générer plus d'1 trillion de dollars US par an d'ici à 2025 pour l'économie mondiale. Ce rapport a été préparé dans le cadre du Projet MainStream, une nouvelle initiative du Forum économique mondial en partenariat avec la Fondation Ellen MacArthur et McKinsey & Co, dont l'objectif est de travailler avec les entreprises pour aider à réaliser le potentiel de l'économie circulaire dans certains domaines tels que la gestion des matériaux, les technologies de l'information et l'innovation dans le cadre du modèle d'entreprise. Citant les bénéfices potentiels du Projet MainStream, les organisateurs mentionnent que d'après leurs estimations, celui-ci pourrait générer 500 millions de dollars US sous forme d'économies de matériaux, créer 100 000 nouveaux emplois, et prévenir la production de 100 millions de tonnes de déchets.

Desso est l'une des premières organisations à avoir rejoint le réseau « The Circular Economy 100 » (Les 100 de l'économie circulaire), organisé par la fondation Ellen MacArthur. Desso demeure l'un des pionniers de l'économie circulaire et fournit des cas d'études à cette fondation et à d'autres chercheurs.

« Dans un monde aux ressources limitées, nous devons trouver un nouveau modèle économique plus réparateur pour l’économie mondiale, un modèle dans lequel nous développerons des chaînes d’approvisionnement apportant des matériaux sains pour nos produits, tant durant leur utilisation que lors de leur recyclage. Nous passons 90 % de notre temps à l’intérieur, et tous les matériaux utilisés pour construire notre environnement doivent donc impérativement respecter notre santé et notre bien-être. C’est pourquoi nous sommes ravis d’apporter notre soutien à ce nouveau rapport et au Projet MainStream, en y contribuant par notre expérience du passage à l’économie circulaire, conjointement avec d'autres entreprises. »

Alexander Collot d'Escury, CEO Desso Group

  • Partager cette page
  • twitter
  • linkedin
  • facebook
  • email